Focus – Images et sons d’un été

 

 

Chez certains, les saisons guident un peu leurs envies musicales. Du coup quand viennent les beaux jours suivant le solstice d'été, place aux rythmes sympathiques et aux mélodies guillerettes. Bizarrement, ce n’est pas trop le style de la maison sensibilité mélodique. De l’art de la constance dans la torpeur, le stellaire, l’hypnotique… Qu’importe que le son accompagne un vin chaud ou un mojito.

 

Bref, au milieu de cet été merdique, il faut bien trouver quelques nouveautés pour caresser nos esgourdes, et, pourquoi pas, cajoler nos mirettes ! Petite sélection de clips stimulants de ces 3 derniers mois d'été.

 

Tor // Days Gone

 

La quintessence de ce que peut être le downtempo. De l’instrumental, léché, précis, dépouillé mais hyper riche. Parfaitement orchestré, ce titre possède une ambiance à la fois intimiste et douce, un peu « liquide », mystérieuse… et totalement envoûtante. Franchement classieux !

Et pour ne rien gâcher, un très beau travail est fait sur la mise en image, avec un véritable mini métrage paranoïaque d’anticipation sur la surveillance, le trans humanisme et autre réjouissances du futur proche…

 

 

 

 

Run Dust // Tetley Scraps

 

Perdu entre la démo 3D tellement 2007 et la visite immobilière virtuelle, Run Dust livre un clip complètement "what the fuck", mais une track carrément indispensable.

Le lien entre cette banlieue bourgeoise inquiétante et ce lead synthétique hypnotique n’est absolument pas clair…mais que l’on se laisse facilement bercer par cette parano mélodique et ce rythme psychotique ! 2 notes, 1 shirley et c’est réglé…

 

 

 

 

None // Nothing is Right

 

Du sourire, de la chaleur, de la douceur… ou pas.

None, c’est lugubre, c’est indus, c’est fumant, c’est brumeux, c’est crade, c’est malsain, mais pourtant totalement prenant. Les voix lancinantes s’accordent à merveille avec les synthés profonds, le tout mené par une rythmique sous tranxène.

Il ne manquait qu’un clip bien imagé qui colle à l’ambiance pour que la claque soit totale. Une perle noire…

 

 

 

 

Geometric Vision // Apocalypse Queen

 

« Quand on a pas de pétrole, on a des idées ». Après avoir visionné le clip de Geometric Vision, on sent que des idées, du talent et de la débrouille, il y en a chez ces goths italiens.

Une veille carrière, un village, du maquillage, un drap rouge et 3 accessoires de chez Gifi et voilà un clip. Mais un clip qui marche plutôt bien !

Synthés doux, basses profondes et guitares claires propulsent des sonorités carrément maîtrisées, et tout cet ensemble une fois orchestré produit une ambiance ultra classe. Musicalement abouti, visuellement cohérent, avec des bonnes idées « low budget », j’avoue que ce trip rétro et revival est tout simplement jouissif. Vivement l’album…

 

 

 

 

Milo

 

L’été, c’est pas que la déprime de voir des touristes te déposséder de ta ville et participer à l’inflation des prix de la drogue et de l’alcool, c’est aussi une certaine douceur de vivre. Les journées s’étirent, les nuits raccourcissent, tout est réuni pour être plus à la cool...

Alors quand Kenny Segal diffuse ses mélodies calmes et soyeuses, ses basses rondes et souples, puis Milo son flow paisible et calé, il n’est pas difficile de se laisser porter. On se croirait sur la côte en temps de canicule, un peu assommé, bien flemmard, et pourtant à l’aise dans ces sons duveteux.

 

Pour ce qui est des clips… Bon, Sorcerer, c’est un peu genre « allez on va filmer un peu avant d’aller prendre une canette. Hé toi Petit, prête ton épée 2 minutes… ». Conan le Barbare vivra encore et toujours dans nos coeurs d’enfants.

Et Paging Mr. Bill Nunn ? Un atelier replantage d’arbuste enchaîné avec une session tai-chi et finalisé par un petit battle de break végétal. Un moyen comme un autre de lutter contre ce putain de réchauffement climatique...

 

Lyrics

 

 

Lyrics

 

 

Wordburglar // Narc Hi Score

 

Si Milo c’est « tout pour la musique », ce clip là n’a que sa plastique visuelle pour séduire. Une petite madeleine de Proust bloquée dans le fond du palais vidéoludique, entre Double Dragon, Mega Man, Castlevania et Contra, qui mérite son petit sourire et son clin d’œil…

 

 

 

 

Mount Kimbie // Delta

 

Dernier sortie, mais peut-être premier de la classe Mount Kimbie. D’abord pour son clip, un vrai court métrage créatif, scénarisé, rythmé, avec une petite touche arty vraiment pas désagréable. Un clip comme on aimerait en voir plus souvent.

On sourit, on s’interroge, on frémit, bref on s’émeut un petit peu et il se passe quelque chose quoi ! C'est pour cela qu'il faut soutenir ces prises de risques qui donnent un peu de vie à la pratique du clip vidéo. C’est dit.

 

Et musicalement, là aussi, on ressent bien que cette composition possède une âme, une personnalité qui lui est propre. On commence avec un son "ambiant" aux sonorités bien 80’s, tirant vers la cold wave, avant d’évoluer soudainement.

En même temps que le script du clip brusque les événements, la composition s’emballe et tranche dans le vif, pour finir sur une espèce de synth punk bien vitaminé.

Les influences sont franchement variées et chacun en discernera en fonction de son bon vouloir. Ce coup ci, Mount Kimbie c'est l’un et le multiple…

 

 

L'été n'est pas forcément la période de diffusion musicale la plus propice, mais avec un peu de volonté, on peut trouver de belles nouveautés franchement digne d'intérêt ! Finalement, c'était pas tant que ça un summer of shlag...

 

Anthracite

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.