Focus – Un automne en chute libre

 

 

L'automne, un redémarrage brusque, puis la chute progressive des symboles du vivant dans un ballet de couleurs soufflant pourtant une furieuse envie de survie rougeâtre... A moins que ce ne soit que l'expression d'une colère, d'une rage de voir s'éteindre les longs jours pour concentrer son émotion et sa concentration sur des nuits sombres et froides.

 

Mais c'est pourtant un moment récurrent emportant énormément d'émotions, un moment de remise à plat, un moment pour se regonfler à bloc, pour se repenser, créer...

Nous y voilà, petit bilan de cet automne créatif et sensible !

 

Emancipator // Ghost Pong

 

Débutons avec une bonne bouffée de pureté sur les cimes du downtempo. Monsieur Emancipator ne badine pas avec ce style. Avec Ghost Pong, le fondateur de Loci Records nous guide dans son petit trip rando mystique à tendance émotionnelle...

Un trip millimétré et pourtant totalement envoûtant, d'une classe folle, avec ces plans naturalistes impressionnants. On se sent petit... mais vivant... Respire !

 

 

Abstrackt Keal Agram

 

Un silence de plus de 10 piges brisé d'un coup sec. Abstrackt Keal Agram s'est reformé, la faille relative de l'espace temps s'est refermée derrière eux, ne leur laissant comme données que celles leur permettant d'éjecter un album et plusieurs clips de leurs machines.

Trois morceaux interstellaires, aux envolées synthétiques magnifiques, un abstract hip hop nébuleux, psychédélique, aussi froid que l'espace... mais qui réchauffe tellement nos coeurs ! Putain, Abstrackt Keal Agram est bien de retour !

 

 

 

 

Evidence // Jim Dean

 

L'automne c'est aussi un peu la rentrée, ce moment où la daronne voulait que t'aies des habits neufs et des beaux t-shirts. Jim Dean, c'est la dédicace visuelle à tous les fans de T-shirts imprimés à CopyFac ou à la maison. Mais c'est aussi un gros boom bap bien classe, bien lourd, bien gras. Mister Slow Flow a toujours autant la classe.

 

Lyrics

 

Sixo with Open Mike Eagle // Numb

 

L'abstract se porte bien, merci. Clip animé bien créatif et psychédélique que cette collaboration entre Open Mike Eagle et Sixo. Basses synthétiques et road trip avec une saucisse de Strasbourg pour accompagner et illustrer le flow brumeux d'Open Mike Eagle... Inclassable, inqualifiable, donc à ne pas manquer.

 

 

Thee Oh Sees // Drowned Beast

 

Ocre, jaune, rouge, orange, les couleurs de l'automne ont toujours cette faculté à pousser à la contemplation lente, ralentie. Ajoutons un peu de violet et de ses dérivés, et voilà de quoi rendre l'observation immédiatement plus psychédélique ! Thee Oh Sees capte tout ce spectre envoutant pour animer à la perfection ce son halluciné de Drowned Beast. Bon voyage !

 

 

None // Great Grey

 

Deuxième revue de clips saisonniers, deuxième mention de la berlinoise None. Son inquiétude maniaque est palpable sur Great Grey, un gris profond, riche.

Entre ce son obsédant et les images épileptiques qui l'accompagnent, c'est quasiment une épreuve de force qu'impose le visionnage de ce clip. Dérangeant... 

 

 

Mount Kimbie

 

Encore Mount Kimbie pour finir, comme en été. D'ailleurs, You Look Certain vous replongera sans doute un peu dans le souvenir de ces beaux jours, loin de la grisaille de l'automne, très loin de la froideur de l'hiver... Parce que même si la track n'est pas folle (peut-être la plus faible de leur dernier album), on ne peut décemment pas passer à côté d'un clip à la gloire du booty !

 

 

Et comme la dégénérescence c'est quand même sérieux, on finit avec du Mount Kimbie plus brumeux, vaporeux, un espèce de condensé de la grisaille spirituelle anglaise...

Four Years and One Day inquiète, interroge, noircit, brusque, rythme et finit de lancer cette basse résonnant tellement bien avec un post-punk réinterprété à la sauce electronica.

L'intro de l'album, la fin de l'article, puis un nouveau départ en appuyant sur ce bouton Play, encore et encore.

 

 

Anthracite

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.